Avez-vous déjà côtoyé une scrappeuse? Ou vous en êtes peut-être une? Dans tous les cas, je ne pense pas que vous ayez souvent vu une scrappeuse avoir seulement trois couleurs d’encre et deux planches de tampons. Ou une autre vous dire « non, je ne rachète du papier seulement quand je n’en ai plus ».

Le scrapbooking est souvent vu comme un loisir où l’on accumule, où l’on achète de manière compulsive. Pourquoi? Quel plaisir on y trouve? Est-ce que le scrapbooking est compatible avec le minimalisme?

Les origines: la frustration de la débutante

Si vous êtes comme moi, vous avez commencé avec… Absolument RIEN. Juste un tube UHU qui traînait au fin fond d’un tiroir quelconque. Vous ne saviez qu’il existait des encres à séchage rapide, à séchage lent, spécial colorisation, aquarellable, etc. Pour vous, le massicot, c’était une machine qu’on ne trouvait qu’en entreprise.

Du coup, vous vous êtes retrouvés dans un magasin sans savoir quoi mettre dans votre trousseau de scrappeuse de base. Je ne saurais pas dire ce qu’il faut avoir en premier et j’admire les personnes qui font des vidéos à ce sujet.

Ce dont je suis sûre, c’est qu’au début, on n’investit pas dans du gros outillage: on commence avec une paire de ciseau et la règle qu’on a depuis la sixième.

En tant que débutante, on a envie de tester pleins de choses tout de suite. Ne manque que le matériel. Et peut-être les moyens aussi. C’est pour ça que les débuts sont très frustrants!

Il est clair que cela prend un certain temps avant de se dire qu’on a un stock de base qui nous permet de travailler sans devoir courir au magasin du coin.

Le scrap ou la soif de nouveautés

Quand on commence le scrap, on est vite atteint de cette étrange maladie qui nous donne envie de tester tout ce qui sort!! Et plus le loisir prend de l’ampleur, plus il y en a.

Il est difficile de trouver des magasins ayant pignon sur rue qui ont des nouveautés intéressantes. Par exemple, chez Cultura, il n’y a que du matériel lambda pas très intéressant. On trouve du Toga, du Artemio et la marque du magasin. C’est très bien pour les débutantes, moins pour les habituées…

Le mieux est de commander sur internet ou d’attendre des salons de loisirs créatifs. Personnellement, j’adore aller à Version Scrap ou à Scrap’Ain.

Le scrap a des nouveautés en permanence et à toutes les sauces: encres, crayons de couleurs aquarellables, patine, machines de découpe dernier cri…

Pourquoi les scrappeuses aiment accumuler?

De nombreuses scrappeuses partagent le même rêve: avoir une scraproom. Un endroit à elles, où elles peuvent laisser libre cours à leur créativité et étaler leurs tonnes de matériel.

Je dois dire que cela provoque une certaine satisfaction mais également une sensation d’excitation. On aime toutes voir les scraprooms des copines, leurs idées de rangement.

Mais ce que j’apprécie le plus, c’est de savoir que je ne suis pas limitée, que je peux commencer un projet sans avoir peur de manquer de quelque chose. Il y a déjà quelques années que je ne connais plus la « frustration » de ne pas avoir telle couleur d’encre ou tel grammage de papier.

Pourtant, je suis passée il y a tout juste un an d’un atelier de 20m² à un bureau dans une petite chambre de 10m². Et pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi bien que dans ce minuscule espace que j’ai aménagé.

Cela m’a permis de tout de même faire du tri et de retrouver des petits trésors cachés au fond des tiroirs!